Les Clownesses-Cie Actéa

Les clownesses

Création Cie Actéa, sous la direction d’Olivier Lopez

le Vendredi 16 Octobre à 20h30

A la salle Jean Carmet- Allonnes

Voilà la nouvelle génération de clownesses qui débarque ! Elles sont quatre : Pauline Couic, Bibine, Marion et Pom. Très différentes les unes des autres mais avec la volonté commune d’assumer pleinement leur féminité.

Pourquoi utiliser le mot « clownesse » ? Parce que « clowne », on ne l’entend pas, alors que «clownesse », on l’affirme, on le revendique ! Le clown était, jusqu’il y a peu, une discipline portée exclusivement par des hommes. La première femme clown serait apparue en 1928 tellement grimée et camouflée sous son costume d’auguste que le public ignorait sans doute qu’il s’agissait d’une femme. De même, la presse, lorsqu’elle évoquait Annie Fratellini titrait :

« Trop jolie pour être clown ». Comme s’il y avait une incompatibilité entre les femmes et les clowns…

Dans ce spectacle, nos quatre clownesses, si différentes soient-elles, sont tout sauf asexuées.

Elles tiennent leur place et n’hésitent pas à aborder les questions du désir, du charnel et de la sexualité.

« Les clownesses », c’est aussi le tragique reflet d’une si grande part de notre société : celle de la crise, celle qui se sent désarmée, celle qui n’a pas d’horizon, celle des gens à qui l’on ne prête aucune attention. Ceux qui vivent leur vie « telle quelle » même si elle est laide.

Voici des « innocents » (mais non exempts de vices et de ruses) qui se mettent en quatre pour nous éclairer sur l’histoire, la leur : Marion, la « belle bleue », instable, gracile et délicate.

Pauline Couic, doyenne expérimentée, diablesse insaisissable et autoritaire, qui ose tout. Pom, le compère, l’acolyte, l’exception qui confirme la règle : c’est un homme, enfin, on croit… Bibine, la môme Néant, la fatale, la dépressive…

Attendez-vous à des surprises… car tout peut arriver.

 

Quelques critiques :

La Scène N° 74 / Anne Quentin / automne 14 :

« Pauline Couic, Bibine, Marion et Pom, quatre nez rouges, trois archétypes de femmes : dépressive, autoritaire, instable, et leur compère Pom qui tape l’incrust’ dans le trio. Les comparses s’emparent des clichés de nos temps cyniques, durs et creux pour tenter d’y faire surnager leurs désirs, leur sexualité, leur féminité.

C’est cru, drôle, émouvant. De la pitrerie 100% féminine sans faux-semblants. »

 

Théâtre du Blog / Philippe du Vignal / 19-10-14

« Un spectacle de clowns tout à fait étonnant d’intelligence et de drôlerie qui va faire des ravages… avec trois jeune femmes: Pauline Couic, Bibine, Marion, et Pom, un garçon longiforme, qui est un peu leur souffre-douleur. Il ne s’agit pas du tout de clownerie au sens péjoratif du terme mais de construction de personnage…diction, gestuelle et invention comique garanties de tout premier ordre… »

 

Paris-Normandie / Sophie Bogotay / 05-11-13 :

« ..Elles ont une dégaine pas possible ! Une angoissée en tutu bleu, une cabotine qui sait tout et une môme fantomatique parfois de très mauvaise humeur, flanquées d’un homme à tout faire. Elles semblent sortir d’une fête foraine bien loin des centres villes aseptisés. Ce quatuor de paumés flamboyants n’a peur de rien et surtout pas d’exister.

Ces invisibles de la société nous ont fait le show ! … »